Wissam Ben Yedder – Tunisie, le mariage impossible ?

Wissam Ben Yedder – Tunisie, le mariage impossible ?

Jamais convoqué en équipe de France, Wissam Ben Yedder a été constamment dans les petits papiers de la . À 27 ans, l’attaquant a la possibilité de jouer la Coupe du avec les Aigles de Carthage. Malgré de solides performances, il ne devrait pourtant pas être du voyage en ni avec l’une, ni avec l’autre de ces sélections…

Pour Wissam Ben Yedder, la balle est toujours dans le camp de Didier Deschamps. En revanche, du côté de Nabil Maaloul, le sélectionneur de la Tunisie, on a renoncé (temporairement ?) à cette piste. Elle a même été actée par un communiqué de la Fédération tunisienne, lassée de l’indifférence du joueur de 27 ans. Plusieurs fois évoqué comme un renfort possible pour les Aigles de Carthage, l’attaquant d’origine tunisienne s’accroche toujours à son ambition d’intégrer les Bleus. «L’équipe de France est un rêve, et un objectif. La  ? J’ai toujours dit [que ce serait] avec la France», avait déclaré l’ancien international Espoirs tricolore dans un à Canal+. En résumé, ce sera les Bleus ou rien pour Wissam Ben Yedder.

Sur ses performances avec le FC Séville, son ambition est plus que légitime. Wissam est en train de se faire un nom en Andalousie, notamment grâce à ses prestations sur la scène européenne. Avec huit réalisations au total cette saison en sept matches (deux en tour préliminaire contre Istanbul BB, six en phase de poules), Ben Yedder est devenu le meilleur buteur de l’histoire du FC Séville en Ligue des champions, rien que ça. L’ancien Toulousain joue le jeu du turnover en Liga (cinq titularisations en sept rencontres, deux buts), mais devient l’option numéro un en Ligue des champions. Il est difficile de que ce buteur clinique n’a pas les dispositions sportives pour le niveau international. Il aurait, au minimum, mérité d’être vu une fois avec les A.

Mais, à la différence d’autres, il a la possibilité de réaliser le rêve de tout footballeur professionnel : jouer un Mondial. Il pourrait être en pôle position en où il serait sans aucun doute titulaire, et bien entouré (Khazri, Sliti, Msakni, …). Le natif de Sarcelles fait face à un choix jamais vraiment simple pour un binational. Avec les Bleus, au niveau offensif, la concurrence est tout simplement stratosphérique. À moins d’une hécatombe, Didier Deschamps ne semble pas en faire une priorité. Jusqu’à présent, au mieux, il l’a présélectionné fin septembre dernier : «Il est français, jusqu’à preuve du contraire. Il a cette liberté (de choisir entre les deux équipes nationales), comme beaucoup de joueurs, c’est à lui de se décider. Il fait partie des garçons qu’on suit. Il est à un poste où il y a beaucoup de concurrence», avait confié DD au sujet du buteur de poche. En somme, ça va être très compliqué. Quand on sait que Nabil Fekir, peut-être le joueur le plus en forme de L1 actuellement, n’a le droit qu’à des miettes chez les Bleus… Il ne reste que trois matches de préparation avant la révélation de la liste des 23. Devant Ben Yedder, au poste de buteur ou de second attaquant, dans l’esprit de Deschamps, on retrouve les Griezmann, Giroud, Mbappé, Lacazette, Fekir. Tout en sachant que Martial peut aussi jouer de sa polyvalence. À part en Tunisie, comment se faire une place au soleil ?

Nabil Djellit

www.francefootball.fr