Tunisie: Propositions de BCE concernant la femme, Moncef Marzouki dénonce une « manœuvre politicienne » !

Tunisie: Propositions de BCE concernant la femme, Moncef Marzouki dénonce une « manœuvre politicienne » !

L’ex-président provisoire de la République, Moncef Mazouki, a réagi aux propositions du président de la République Béji Caïd Essebsi lors de son discours à l’occasion de la fête de Tunisienne, les qualifiant de manœuvres “politiciennes”.

Dans un poste sur sa page facebook, Moncef Marzouki a écrit lundi soir: “Je ne vais pas me laisser entraîner dans la clameur soulevée intentionnellement par Essebsi, ma position en tant que militant des droits de l’homme sur l’affaire – comme sur la cause de la peine de mort – est déclarée depuis vingt ans quand l’homme n’ouvrait pas la bouche sur aucun sujet “.

“Ma position politique aujourd’hui n’est pas moins claire et stable”, a ajouté Moncef Marzouki qui a affirmé “nous sommes en face d’une opération politicienne par excellence pour la mystification de l’échec insultant pour l’homme et son … pour humilier et affaiblir davantage Ennahdha …”.

Il a accusé le président Essebsi de “créer un fossé entre les dans un sujet controversé par excellence qui devrait être laissé au temps et pour un dialogue sociétal en profondeur”, soulignant que

“ces querelles qui divisent doivent être rejetées et rassembler les gens sur des questions cruciales”.

Connu pour ses extrêmes qui heurtent la sensibilité des et vont à l’encontre de l’intérêt général et celui du pays, Moncef Marzouki n’a pas dérogé à la règle en voulant encore une se démarquer en prenant le contre pieds des du président de la République.

Cela est tout a fait normal, et dans ce cas Moncef Marzouki est dans son rôle d’opposant. Mais de là à vouloir induire les et l’opinion publique en erreur , il n’ ya qu’un pas que l’ex-président provisoire a franchi allègrement.

Les propositions formulées par le président Béji Caïd Essebsi notamment celle relatives à l’égalité de l’héritage entre homme et n’ont pas été présentées comme un de loi prêt à être soumis au vote à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

Au contraire le président Béji Caid Essebsi a tenu a clarifier lors de son discours qu’il s’agit de susciter un débats  au sein de la tunisienne pour s’interroger sur cette question qui se pose avec acuité dans le pays.

Béji Caïd Essebsi est toujours dans son rôle, celui  que lui confère la de faire des propositions et de canaliser les de l’Etat au service de causes cruciales qui se posent en tant que phénomène de société.

Les propositions ont été faites dans le but d’être proposée au débat et c’est dans ce cadre qu’une Commission chargée des et de l’égalité a été crée pour présenter un rapport sur la question de l’égalité.

Ce n’est pas parce que un sujet fait polémique qu’il faut l’éviter ou le mettre au placard en différent sans cesse la décision de trancher dessus.

La société tunisienne est assez mûre pour assimiler des débats de cette envergure  et susciter l’élan pour sa réussite dans le respect des lois et de l’Etat de droit et des .

www.tunisienumerique.com