Tunisie: Hamadi Jebali sort de son silence pour réagir au discours de BCE!

Tunisie: Hamadi Jebali sort de son silence pour réagir au discours de BCE!

L’ancien chef de gouvernement ,  a rompu le silence de sa longue retraite et médiatique pour réagir au du 13 août du président Béji Caid Essebsi, en accusant le président d’avoir violé la Constitution.

A l’occasion de la fête de la Femme tunisienne, le président Béji Caïd Essebsi a prononcé un discours au cours duquel il a présenté des portant essentiellement sur la réflexion sur l’égalité de l’héritage entre l’homme et la femme et la suppression de l’article 13 interdisant le mariage des Tunisiennes  avec un non musulman.

Dans un post publié mercredi sur sa page facebook, a accusé  notamment le d’avoir pris partie pour une frange au détriment du peuple tunisien entier ce qui menace la paix sociale .

Il a rapproché au chef de l’Etat de s’être aventuré sur un terrain religieux faisant fi des priorités du peuple tunisien .

Selon lui, l’assertion de Béji Caid Essebsi  dans laquelle il indique que la question de l’héritage a été laissée à l’interprétation des humains par Dieu et son Prophète Mohamed (PSL), relève de l’ignorance des textes religieux ce qui n’est pas une excuse.

Pour Hamadi Jebali, la deuxième explication au discours est que le président a été mal conseillé par des agents motivés par des considérations d’ordre “politicienne ou électoraliste”,  ce qui est grave car Béji Caid Essebsi est président de tous les se doit de ce fait être au-dessus de la mêlée.

S’indignant que le président se soit intéressé à une question secondaire celle de l’héritage  tranchée par des textes coraniques clairs, Jebali s’est demandé à ce propos des préoccupations du pays qui croupit sous le poids de la dette, des hordes de chômeurs, du sous des régions intérieures .

Il a énuméré d’autres problèmes auxquels sont confronté les tunisiens , à l’instar  de la vague d’incendie dans les forêts, le et de la détérioration du pouvoir d’achat des citoyens.

Toutefois, semble oublier qu’il s’agit de propositions destinées à la réflexion en particulier en ce qui concerne l’égalité dans l’héritage entre homme et femme.

En ce qui concerne les problèmes auxquels sont confrontés les Tunisiens , il faut dire que c’est un héritage des trois ans de gestion de la Troïka dirigée par le mouvement qui laissé un pays exsangue au bord de la banqueroute.

En outre lorsqu’il était au pouvoir s’est illustré par son incompétence et n’a pas pu résoudre les problèmes des Tunisiens qui se sont aggravés sous le règne d’Ennahdha.

Le gouvernement de Jebali et celui de Ali Laarayed ont bradé les sociétés nationales comme Tunisiana et pris des engagements qui ont noyés administration avec des milliers de recrutements tout azimuts  en tant que compensation pour les bénéficiaires de l’amnistie générale qui sont, en fait, des militants d’Ennahdha.

Enfin , les propositions révolutionnaires et progressistes du président Béji Caïd Essebsi brisent le rêve déclaré de de la restauration et de l’instauration du Califat.

On comprend mieux la déception de qui semble ne pas avoir tiré les leçons des dernières élections et de toute la période de gestion d’Ennahdha, à savoir que les Tunisiens sont résolument tournés vers l’avenir , la modernité , la tolérance et l’esprit d’ouverture. Donc les considération d’ordre religieuses constituent  le dernier des soucis des Tunisiens.

Mourad S

www.tunisienumerique.com