Tunisie : Examen de 98 demandes de protection des dénonciateurs de la corruption

Tunisie : Examen de 98 demandes de protection des dénonciateurs de la corruption

La commission mixte chargée d’examiner les demandes de protection émises par les dénonciateurs de la corruption, créée par la Présidence du gouvernement et l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), poursuit l’examen de 98 dossiers qui lui ont été adressés.

Selon Habib Koubaa, Directeur général des services de la Gouvernance auprès de la Présidence du Gouvernement, les auteurs des demandes déclarent subir des pressions et des mesures administratives à caractère vindicatif.

Lors d’un atelier de travail, organisé hier à Sousse, sur le “Cadre juridique relatif de la dénonciation et des dénonciateurs de corruption”, Koubaa a expliqué que la création de cette commission, composée de membres de la présidence du gouvernement et de l’INLUCC, a été inspirée par les dispositions transitoires contenues dans la loi organique n° 2017-10 du 7 mars 2017, relative à la dénonciation de la corruption et la protection des dénonciateurs.

Selon lui, l’atelier s’inscrit dans le cadre des efforts pour la mise en application du cadre juridique de ladite loi organique.

Par Wb

www.webdo.tn