Tunisie : « El Maghroum Yjadded  » ou « Au Suivant »

Tunisie : « El Maghroum Yjadded  » ou « Au Suivant »

Les passionnés du théâtre auront rendez-vous à la salle Le Rio à partir de demain et jusqu’au 4 novembre avec la présentation de la pièce ” El maghroum yjadded “, ou “Au Suivant” texte de Hbib Belhadi et mise en scène de Lassaad Ben Abdallah.

” El Maghroum Yjadded ” réunit une pléiade de comédiens dont Fethi Msalmani, Jamel Maddani, Farhat Jedid, Kaisela Nafti, Meriem Sayah, Hatem Lajmi, Wajdi Borji ainsi que Sonia Bouzouita dans la danse.

“El Maghroum Yjadded ” est une comédie grinçante qui se passe dans un café chantant du quartier de Bab Souika animé par Mehrez, un militant destourien de base confronté à une crise financière aigue qu’il subit suite au départ précipité de son épouse et de sa belle-famille de confession juive après les événements de la guerre de six jours en 1967. Bien qu’il n’ait pas payé ses musiciens la saison passée, Mehrez réussit à réunir sa troupe pour répéter le nouveau programme de ramadan 67/68.

Une répétition chaotique sur fond de mélodies tunisiennes et de chansons du monologuiste Salah Khémissi, vidéos, chants, danses, vacarme, amour, haine, jalousie, misère, pauvreté, cupidité, peur, terreur, opportunisme, menaces et intimidations.

“El Maghroum Yjadded”, est un voyage magique, sur les rythme de la chanson tunisienne, les pas de la danse traditionnelle et à travers une panoplie de personnages aussi comique que tragiques à la fois ! Quand Beb Souika et la Cafichanta deviennent un espace de mémoire, on retrace page de l’histoire de , celle de l’après indépendance à travers des figures représentatives de l’epoque.

Le “cafichanta” est une déformation du français “café chantant’’. Ce type de divertissement a rythmé les nuits du Ramadan depuis le début des années 50 et jusqu’à la fin des 1970, dans des salles comme “Salet el Fath” ” Kortba ” plusieurs café et restaurants à Bab Souika, “Salet El Ayachi” ou encore “Salet Madrid”.

Il s’agissait de lieux de fêtes populaires où le venait assister nombreux à des spectacles de chant donnés par des artistes reconnus tels que Chafya Rochdi, Ali Riahi, Ismaël El Hattab, Fatheya Khairi ou la fameuse Zohra Lambouba.

Les numéros de danse orientale étaient assurés par les incontournables Zina et Aziza qui ont marqué l’imaginaire de générations de tunisois.

Les évènements de cette comédie musicale se déroulent à Bab Souika pendant le mois de Ramadan au mois de décembre 1967, dans l’un de ces lieux dits ” café chantant “. Cette année-là, l’hiver était en avance.

Il faut cependant remonter à l’année 1952 pour bien comprendre l’origine de l’ histoire. A cette époque, le Néo-Destour avait chargé le dénommé Mehrez d’acquérir un local destiné apriori à abriter les activités de ce dans ce quartier populaire de . Juridiquement propriétaire du lieu, Mehrez obtient en contrepartie de pouvoir l’utiliser pendant les mois de Ramadan pour produire et diffuser des spectacles chantants et dansants.

Il faut savoir que l’année 1952 est cruciale dans l’histoire du mouvement national tunisien. Car c’est le 18 janvier 52 que s’est déclenchée l’insurrection populaire contre l’occupant français. Cette date a vu également l’arrestation d’Habib Bourguiba après ” la fin de non-recevoir ” du français, par la lettre du 15 décembre 1951, au gouvernement Chenik venu négocier à Paris l’autonomie interne. La crise qui s’en suivit ne connaîtra son dénouement que le 20 mars 1956, date de la fin du protectorat français en .

Après l’indépendance, Mehrez cède son local au parti tout en gardant la possibilité de l’utiliser pour les spectacles du Ramadan ce qu’il fait bon an, mal an jusqu’aux évènements de la fable.

Mehrez, chef d’orchestre, chanteur et animateur de spectacles est confronté à une crise financière aigue. Suite à la guerre des six jours, son épouse de confession israélite et toute sa famille ont vendu tous leurs biens pour une bouchée de pain et quitté précipitamment pour aller s’établir dans la banlieue de Paris.

Mehrez ne peut donc honorer ses engagements envers ses musiciens à qui il devait déjà les cachets du Ramadan 1967.

Sa vie sentimentale n’est pas non plus de tout repos car il fréquente une Aïcha, une danseuse vedette sur le retour, à qui il avait promis le mariage.

Parallèlement, le local de la troupe étant situé dans un quartier populaire de Tunis, commence à susciter la convoitise des commerçants et des hommes d’affaires véreux qui font leur apparition dans le pays.

Pour couronner le tout, Mehrez est doublé Farhat, le luthiste du groupe et son acolyte sfaxien qui promettent au président de la cellule destourienne de lui construire un appartement au-dessus du local en contrepartie de l’exploitation de l’espace.

Pour ce faire, les deux hommes doivent d’abord se débarrasser de Mehrez. Farhat se charge alors de semer la zizanie entre les différents membres du groupe et surtout entre Mehrez et Aïcha en proposant d’engager une jeune danseuse qui attirera davantage la foule.

Nous sommes à la veille du Ramadan 1968 et la concurrence fait rage dans le quartier de Bab Souika. Les recettes sont les seules entrées pour la troupe. Mais les musiciens refusent de commencer les répétitions tant que les cachets de la précédente saison ne leur ont pas été payés.

Mehrez réussit cependant à les convaincre en leur promettant de les payer avant la fin de la répétition.

A part le dialogue entre les différents protagonistes, une dizaine de chansons humoristiques et satiriques restitueront l’atmosphère et sociale de l’époque. Les scènes seront accompagnées par un orchestre composé d’un luth, de deux percussions, d’un accordéon et d’un violon.

Les évènements de la fable se déroulent dans le décor kitch d’une salle de spectacle rudimentaire : chaises, enceintes, guirlandes, drapeaux, paravents… Un grand miroir en fond de scène servira d’écran pour projeter des photos et des vidéos d’archives ayant trait aux tournants historiques de la jeune Tunisie.

walid

directinfo.webmanagercenter.com