Tournage du film « Ghodwa » | Dhafer el Abidine change de casquette

Tournage du film « Ghodwa » | Dhafer el Abidine
change de casquette

Le tournage débutera le 09 mars, celui d’un film tunisien dans son langage, son casting et son équipe technique excepté le DOP . Une histoire qui tient à cœur pour l’acteur Dhafer El Abidine au point que pour elle il a accepté de ne pas apparaître dans les feuilletons ramadanesques arabes de cette année .

La conférence de presse annonce le tournage du premier long métrage écrit et réalisé par Dhafer El Abidine dont le tournage aura lieu le mardi 9 mars.  « Pour moi c’est un nouveau projet et une nouvelle manière de travailler qui sera visible dans ce film. », a t-il indiqué.

 

« C’est un rêve que j’ai tenu à réaliser »

Et d’ajouter que ses débuts au cinéma étaient avec Moncef Dhouib en tant qu’assistant réalisateur et que le film « Godwa » est sa première expérience dans la réalisation et de même dans la production avec Dorra Bouchoucha . Une expérience dont il est fier.

Pour sa part Dorra Bouchoucha a déclaré : « Mon amitié avec Dhafer el Abidine date depuis longtemps. Je ne le connais pas seulement en tant qu’acteur. On a travaillé ensemble sur l’écriture d’un scénario et je me suis rendu compte de sa compétence dans l’écriture des scénarios . Il a abandonné l’écriture parce qu’il a été appelé à faire une carrière d’acteur à l’étranger . Aujourd’hui il est venu avec un nouveau scénario. À la lecture, j’ai été surprise par le propos du film, la profondeur des personnages et le traitement . C’est la première fois que j’ai un scénario prêt à passer au tournage et cela me réconforte . »

« C’est un film tunisien et son histoire est purement tunisienne avec des acteurs tunisiens » Ajoute Dhafer el Abidine . « C’est une histoire inspirée de notre réalité sociale et qui est très proche de moi c’est pour cela que j’ai pensé à la réaliser . J’aurais pu me contenter d’être acteur mais le point de vue du réalisateur est très important pour moi et j’ai décidé d’y veiller moi-même. D’autre part, si je ne suis pas pas présent sur les écrans pendant le mois de Ramadan c’est justement parce que j’ai décidé de me consacrer à ce film. C’est une histoire qui vient du cœur et c’est un rêve que j’ai tenu a réaliser ».

À la question , « quelle stratégie pour donner à un film tunisien une distribution dans le monde arabe? »  Dhafer a répondu : « En ce qui me concerne, si le film est sincère et réussi il trouvera sa voie naturellement dans le monde arabe . Même le dialecte tunisien ne posera pas problème à mon avis »