Sommet OCI : La Tunisie considère la décision de Trump comme «un parti-pris clair envers Israël

Sommet OCI : La Tunisie considère la décision de Trump comme «un parti-pris clair envers Israël

Le président Béji Caïd Essebsi, a appelé, mercredi, la communauté internationale à unifier ses positions pour faire front commun contre l’annonce par l’administration américaine de sa décision de reconnaître al-Qods comme capitale d’Israël et d’y transférer son ambassade.

Devant le sommet extraordinaire de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) organisé dans la ville turque Istanbul, le chef de l’Etat a jugé indispensable de miser sur la large communauté internationale qui s’oppose à cette décision et de mettre en place une approche pragmatique pour en contenir les conséquences non seulement sur al-Qods mais aussi sur les droits du peuple palestinien et du monde arabo-musulman.

« De par sa symbolique, al-Qods occupe une place centrale dans le processus de paix », a souligné Caïd Essebsi dans son allocution dont lecture a été donnée par le ministre des Affaires étrangères, Khemaïes Jhinaoui.

A ce propos, il a souligné la nécessité de multiplier les actions à l’échelle internationale, particulièrement auprès du Conseil de sécurité et des organismes onusiens pour imposer le respect de leurs décisions, empêcher toute atteinte au statut légal et historique d’al-Qods et éviter toute exploitation par Israël de l’annonce américaine pour imposer la politique du fait accompli.

« L’objectif ultime est d’amener Israël à respecter la légalité internationale et à opter pour la paix », a-t-il ajouté. L’annonce par l’administration américaine, l’un des principaux acteurs du processus de paix et des négociations de paix, de sa décision de reconnaître al-Qods comme capitale d’Israël et d’y transférer son ambassade est un manquement à ses responsabilités et à son rôle présumé, tout comme elle représente une violation criante de la légalité internationale.

« Il s’agit là d’un parti-pris clair envers Israël et d’une anticipation de l’issue des négociations », a-t-il regretté.

Pour Caïd Essebsi, cette annonce risque de donner légitimité à la colonisation par Israël des terres palestiniennes et cela est totalement inadmissible dans la mesure où Israël continue de fait fi des résolutions onusiennes, de multiplier ses hostilités et d’exécuter ses plans visant à anéantir tout espoir de paix.

« Cette décision vient également heurter les sentiments du monde arabo-musulman, pousser la région vers un surcroit de tension et de violence, attiser les sentiments de déception et approfondir la crise de confiance », a-t-il ajouté.

« L’annonce américaine risque aussi d’être exploitée par les terroristes et les extrémistes pour compromettre la sécurité et la stabilité de nos pays », a-t-il prévenu. Tout en réaffirmant le soutien constant de la Tunisie à la cause palestinienne, Caïd Essebsi a renouvelé la condamnation par la Tunisie de toutes les décisions qui s’opposent à la légalité internationale et des agressions israéliennes systématiques contre le peuple palestinien.

En conclusion, le chef de l’Etat s’est dit confiant en la capacité de la nation musulmane à pousser vers l’adoption d’une position internationale ferme pour faire face à ces mesures, en contenir les conséquences et préserver le processus de la légalité internationale.

Le sommet extraordinaire de l’Organisation de la Conférence Islamique auquel participe Khemaïes Jhinaoui en tant que représentant du président de la République Béji Caïd Essebsi porte sur les développements de la situation au Moyen-Orient à la suite de l’annonce par le président américain de sa décision de reconnaître Al Qods comme capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade américaine.

Le sommet porte également sur les actions à entreprendre pour contenir les retombées néfastes de cette décision et étudiera les mesures à prendre pour empêcher le changement du statut légal et historique de la ville d’Al Qods et permettre au peuple palestinien de recouvrer tous ses droits nationaux, notamment son droit à établir son Etat indépendant sur sa terre avec Al Qods comme capitale.

www.espacemanager.com