Pandémie et vie culturelle: Les artistes s’indignent

Pandémie et vie culturelle: Les artistes s’indignent

Chômage, précarité, absence de visibilité, la situation du secteur culturel se complique de plus en plus, la crise persiste et s’intensifie face au laxisme des gouvernants.

Le 22 juillet, le Syndicat de base des métiers des arts dramatiques a lancé une pétition pour exprimer son indignation et sa profonde inquiétude face à la terrible situation des artistes et de la scène culturelle réduite à néant depuis près de deux années.

La pandémie, ce mal général qui touche toute la population sans exception, a imposé, à certains secteurs, dont la culture et les arts, un chômage indéterminé. Mais combien de temps vont-t-ils tenir ? Jusqu’à quand seront-ils privés de revenus qui leur permettraient une vie digne et décente ?

Si, en mars dernier, l’avènement du covid 19 a pris au dépourvu les autorités, et quelques mesures provisoires ont été prises sous formes d’aide aux différents acteurs du secteur, voilà déjà plus d’une année passée sans qu’il y ait eu de vision claire, de stratégie ou de plan d’action de la part du ministère des Affaires culturelles. Rien n’a été mis en place pour la viabilité du secteur avec ses acteurs, protagonistes et tout l’écosystème qu’il active sans parler de la part du public et du rôle de la culture pour préserver toute société de la périclitassion et l’empêcher  de sombrer encore plus dans la dépression et l’isolement.

L’absence de mesure et le silence du ministère des Affaires culturelles qui ne fait que relayer et appeler à appliquer les décisions du gouvernement, sans proposer une alternative viable, ont conduit à des réactions sous forme de pétition.

« Face à un gouvernement qui fait la sourde oreille aux nombreux appels de détresse de tous les professionnels du spectacle, face à la non prise en considération de nos nombreuses propositions émises au chef du gouvernement et au ministre des Affaires culturelles afin de prendre en considération les conditions sociales et professionnelles critiques, nous tenons à exprimer, avec cette pétition, notre indignation de la politique du silence et du laisser-faire, laisser-aller en attendant que la pandémie soit contenue », s’exprime le syndicat des métiers dramatiques.

« Nous nous indignons aussi face à la politique des deux poids, deux mesures, pratiquée en faveur de quelques secteurs d’activité. La souplesse et l’indulgence qui caractérisent le traitement de toutes les activités économiques, commerciales, touristiques et de service diverses en opposition à la fermeté voire la cruauté et le mépris ressentis pour toutes les activités culturelles et artistiques.

La fermeture quasi-continue des espaces de représentations, l’arrêt de tous les spectacles, cours, formations, le chômage durant plus d’une année ne sont plus possibles. Une telle situation critique est, jusqu’à aujourd’hui, confrontée à l’absence de toute action urgente ou mesure à moyen ou long terme qui assureraient la dignité et pourquoi pas la continuité d’une vie professionnelle et artistique même dans des conditions minimales comme c’est le cas d’autres secteurs qui se sont battus pour continuer à vivre.

Dans ce contexte-là, le syndicat des métiers dramatiques ne fait pas que s’indigner, mais se place aussi comme force de proposition et invite le ministère de tutelle et tous les intervenants à être à l’écoute à plus d’une proposition dont :   la constitution d’un comité d’urgence et d’action  qui réunira les différentes structures syndicales et professionnelles pour trouver des solutions immédiates pour contrecarrer les dégâts subis par un secteur sinistré. Avancer le paiement des représentations théâtrales qui n’ont pas pu être avoir lieu en contrepartie d’engagement de leur tenue une fois la crise sanitaire dépassée. Et payer dans les plus brefs délais les représentations assurées. Soutenir financièrement les différents espaces et structures de production pour qu’ils puissent à leur tour honorer leurs engagements auprès de leurs employés…

Cette pétition est une action parmi d’autres qui porteraient la voix des artistes et des différents intervenants du secteur culturel et elle espère faire parvenir leur droit d’exister et d’exercer leur métier et c’est aux responsables d’être à l’écoute et de trouver avec leur collaboration les moyens de sortir de l’impasse et assurer une pérennité au secteur.