L’UE va mobiliser 40 milliards d’euros en Afrique, la Tunisie va en tirer profit

L’UE va mobiliser 40 milliards d’euros en Afrique, la Tunisie va en tirer profit

En visite officielle à Tunis, le président du parlement européen, Antonio Tajani, a assuré que l’Union européenne (UE) va mobiliser environ 40 milliards d’euros d’investissements en Afrique dans le cadre de son prochain budget, soulignant que la Tunisie va en tirer profit.

Concernant la vague migratoire en Europe, de la lutte antiterroriste, du chômage et d’un nécessaire investissement dans le développement africain dont celui de la Tunisie, l’eurodéputé a indiqué qu’il faut au moins 40 milliards d’euros pour un effet levier de 400 milliards d’euros. « Aujourd’hui 3.5 milliards d’euros, seulement, sont déjà mobilisés. Mais, ça ne suffit pas », a-t-il regretté.

D’après Tajani, les investissements « productifs » en Afrique sont la clé pour lutter contre l’émigration clandestine, jugeant « indispensable » de renforcer le contrôle sur la frontière tuniso-libyenne, les côtes et les ports tunisiens pour dissuader les candidats à l’émigration clandestine.

« Ce n’est pas avec les discours qu’on peut convaincre les migrants de rester chez eux. Il faut leur offrir des possibilités d’avoir une vie décente, d’où la nécessité d’engager des investissements », a-t-il soutenu. « Personne ne veut quitter sa ville natale, mais, si cette ville souffre de la pauvreté et du chômage, l’émigration devient ainsi une issue ».

« Les services de renseignement de la Tunisie et des pays membres de l’union devraient collaborer davantage », a-t-il indiqué, se prononçant en faveur de la mise en place d’une stratégie antiterroriste commune Tunisie-UE pour combattre ce fléau transfrontalier.

De son coté, le président de l’Assemblée des représentants du peule Mohamed Ennaceur a déclaré avoir évoqué avec son homologue européen les moyens d’attirer des investissements étrangers en Tunisie et de les orienter vers les régions les plus défavorisées.

« La Tunisie compte constamment sur le soutien de l’Union européenne pour juguler le problème du chômage notamment pour les diplômés du supérieur », a-t-il dit.

Par ailleurs, Ennaceur a affirmé avoir demandé de l’aide de l’Union européenne pour faciliter la migration régulière des jeunes tunisiens vers l’Europe. « La Tunisie réclame un appui économique et politique plus conséquent de la part de l’UE. Elle cherche notamment à la conversion de ses dettes auprès des pays membres de l’UE en projets d’investissement », a-t-il souligné.
Par Wb

www.webdo.tn