L’expérience tunisienne d’abolition de l’esclavage 1841-1846 inscrite sur le registre mémoire du monde de l’UNESCO

L’expérience tunisienne d’abolition de l’esclavage 1841-1846 inscrite sur le registre mémoire du monde de l’UNESCO

La Tunisie vient d’inscrire sur le registre mémoire du monde de l’UNESCO sa singulière et non moins précoce expérience d’abolition de l’esclavage.

En effet, l’UNESCO a reconnu, à travers le Comité consultatif international du programme Mémoire du monde, l’universalité de cette expérience particulière d’abolition graduée de l’esclavage dans la régence de Tunis au cours de la première moitié du XIXème siècle.

La Tunisie est le premier pays dans le monde musulman qui a aboli officiellement l’esclavage à la fin de la première moitié du 19ème siècle entre 1841et 1846.

Les documents relatifs à cet événement majeur dans l’histoire moderne de la Tunisie attestent de la volonté de l’élite tunisienne de mener plusieurs réformes courageuses et inédites de modernisation du pays.

En effet, s’il est connu que le décret d’Ahmed Pacha Bey promulgué au mois de janvier 1846 abolissant définitivement l’esclavage était l’une des manifestations d’un mouvement moderniste et réformateur, Il y a lieu de noter que la délégation de Tunisie à l’UNESCO et les archives nationales ont soumis au Comité consultatif international du programme Mémoire du monde un ensemble plus vaste de documents d’archives démontrant l’aspect évolutif de cette abolition avec des documents remontant à 1841. Outre les décrets, des circulaires, des correspondances, des actes notariés et des registres fiscaux conservées aux Archives nationales de Tunisie ont permis de mettre en relief plusieurs épisodes progressifs dans ce processus depuis la fermeture des marchés aux esclaves, la suppression des impôts perçus par l’Etat à ce titre, l’affranchissement des enfants nés de familles d’esclaves et de tous les esclaves entrant en Tunisie jusqu’à l’abolition définitive de l’esclavage.

Cette inscription est la deuxième pour la Tunisie, puisque les documents relatifs à « la Course et les relations internationales de la Régence de Tunis aux XVIIIème et XIXème siècles » ont été inscrits depuis 2011. Par ailleurs, la Tunisie s’apprête à inscrire en 2018 sur le même registre le fonds musical arabo andalous déposé au Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes Ennejma Ezzahra.

Le registre international « Mémoire du monde » est la liste de toutes les collections du patrimoine documentaire qui ont été identifiées par le Comité consultatif international du programme Mémoire du monde de l’UNESCO comme ayant une portée et une valeur universelle.

www.leaders.com.tn