Lettre aux enseignants et enseignantes du lycée 2 Mars à Ghomrassen

Lettre aux enseignants et enseignantes du lycée 2 Mars à Ghomrassen

Je m’appelle Jamel Jani, je réside au Canada depuis 25 ans. Je suis originaire de la région de Tataouine où ma sœur et ma grande famille  vivent encore. Je suis le porte-parole de l’Association des droits de la personne au Maghreb créée en 1996, ici au Canada. Par le truchement de cette association nous avons envoyé des juristes, avocats, observateurs et journalistes pour défendre les prisonniers politiques en Tunisie afin d’obtenir des procès équitables et justes. J’ai toujours œuvré pour que l’opinion publique canadienne ainsi que les ONG ici au Canada misent sur la jeunesse tunisienne porteuse des rêves et pleine de potentiel.

Un sujet m’a interpellé récemment et je me sens obligé d’intervenir à la suite de l’interdiction à l’ambassadeur du Canada en Tunisie Madame Carol McQueen, d’assister à un spectacle de musique présenté par les élèves à l’intérieur du lycée 2 Mars à Ghomrassen, Gouvernorat de Tataouine. Trois raisons motivent mon intervention,premièrement, je suis fils de la région. Deuxièmement, je crois à l’importance de l’éducation dans le processus démocratique et l’évolution de notre société et troisièmement, je suis favorable à une plus grande coopération entre la Tunisie et le Canada. J‘estime que cette interdiction est inacceptable et ne représente pas les valeurs des gens du Sud tunisiens accueillants et généreux.

J’ai beaucoup de respect pour les gens de l’enseignement. Ils font un travail merveilleux en accompagnant nos enfants dans leur apprentissage et les outillant à bien s’épanouir et s’ouvrir sur le monde. Enseigner est plus qu’un métier, c’est une vocation et une noble mission. Amener les enfants de la région à présenter un spectacle musical est l’un des rares et merveilleux accomplissement de nos jeunes du Sud qui font face aux défis quotidiens dans nor régions. Le développement économique et social sont presque nuls et les jeunes malgré tout pour cette fois-ci ont défié toutes ces limitations avec leur spectacle. J’aurais aimé que tout le monde voie ces réussites. Le fait d’interdire à l’ambassadeur du Canada en Tunisie d’assister à l’intérieur de l’école à ce spectacle est vraiment absurde.e me réfère à ce qui se fait au Canada depuis ces dernières années en matière d’enseignement et d’ouverture afin d’attirer leur attention sur le potentiel de nos jeunes qui au contraire de ce que l’opinion et la presse internationale essaient de véhiculer comme image de nos jeunes tunisiens qui sont capables de soulever des montagnes et de réussir si on leur en donne les moyens et investi dans leur future.

Je vais essayer de vous donner un bref aperçu de ces dernières années de lutte que nous menons ici au Canada plus particulièrement pour la dernière année 2016. Étant le porte-parole de l’Association des droits de la personne au Maghreb, j’ai organisé la visite de la Quartet tunisien du dialogue national au Canada du 16 au 19 mai 2016, Monsieur Houcine Abassi, secrétaire général qui étaitaccompagné de Mohamed Mselmi UGTT, Monsieur Abdessatar Ben Moussa, Président Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’Homme et Madame Ouided Bouchamaoui, présidente UTICA.

Rappelons que cette tournée hommage du Quartet avait comme objectif de souligner la contribution décisive des acteurs sociaux au dialogue social favorable à la construction d’une démocratie pluraliste et inclusive, promouvoir le modèle de réussite de la Tunisie, l’unique pays issu de la vague de soulèvement populaire du « printemps arabe » à avoir réussi une transition vers la démocratie, Elle avait aussi pour objectif de favoriser une plus grande coopération entre la Tunisie et le Canada afin de soutenir les efforts de développement socioéconomique.

Parmi les rencontres du Quartet avec les dignitaires canadiens.

Je veux vous informer que dans le cadre de la visite du Quartet au Canada, et pour chercher une possibilité d’échange entre les jeunes Canadien et les représentants du Quartet ma fille, à organiser un débat le mardi 17 mai 2016 avec les élèves de 10e, 11e et 12e de l’École secondaire publique Gisèle-Lalonde et les représentants du Quartet tunisien.

Monsieur Riadh Essid l’Ambassadeur de Tunisie a eu accès à  l’École secondaire publique Gisèle-Lalonde pour participer à ce débat de plus,les élèves ont chanté L’hymne national de la Tunisie Humat Al-Hima et notre drapeau de la Tunisie ornait la salle de l’école.

J’ai aussi mené une campagne publique au Canada de sensibilisation afin d’intégrer la Tunisie au programme Canadien de développement international des pays en développement.

À la suite de cette tournée du Quartet, le gouvernement du Canada a débloqué une enveloppe de 25 millions de dollars (Canadien) pour divers programmes pour la Tunisie,

Je présume que la visite de Madame Carol McQueen, dans la région de Tataouine était destiné de s’assurer entre autres que l’argent public canadien était bien dépensé et bien investi en Tunisie.

La démocratie tunisienne naissante reste fragile. Elle a besoin de consolidation interne et de soutien international. La Tunisie a besoin d’être accompagné dans cette période de transition démocratique et le Canada est sans aucun doute un bon allié pour le peuple et surtout la jeunesse tunisienne.

On pourra cliquer sur le lien ci-dessous pour visionner le vidéo qui date de 19 mai 2016, un Hommage historique de l’Assemblée Nationale du Québec pour le peuple Tunisien.

www.leaders.com.tn