La Tunisie, membre de la Commission africaine des droits de l’Homme

La Tunisie, membre de la Commission africaine des droits de l’Homme

La Tunisie est officiellement représentée depuis hier, mercredi 1e octobre 2017, en qualité de membre de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples de l’Union africaine (UA), en la personne de Hatem Sayem, ancien ambassadeur, pour un mandat de six ans (2017-2023).

Une délégation du ministère des Relations avec les instances constitutionnelles, de la société civile et des droits de l’Homme participe aux travaux de la Commission qui se poursuivent jusqu’au 15 novembre 2017, apprend-on aujourd’hui, jeudi dans un communiqué du ministère. L’ouverture de la 61e session de la Commission a eu lieu hier dans la capitale de la Gambie, Banjul.
Selon le ministère, la représentation de la Tunisie vient consolider sa présence dans les structures et les institutions de l’UA, à l’instar de la Commission africaine pour le droit international et la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples.
Cela atteste, également, de la réputation dont bénéficie la Tunisie dans le domaine des droits de l’Homme auprès de la communauté internationale en général, et des Etats africains en particulier, notamment après son élection en tant que membre du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU et du groupe de travail onusien sur les disparitions forcées et involontaires.
La Tunisie avait été élue membre de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples de l’UA à l’occasion de la 31e session du conseil exécutif de l’UA, tenue le 30 juin 2017, à Addis Abeba.
Hatem Sayem a occupé le poste d’ambassadeur de Tunisie au Caire, à Beyrouth, aux Emirats Arabes Unis, à Oman, et à Téhéran. Il a également occupé le poste de secrétaire général de l’Afrique et directeur des affaires consulaires au ministère des Affaires étrangères.

Nessma

www.nessma.tv